Points de vue sur l'actualité

L'insertion par l'emploi précaire

Après avoir œuvré pendant de long mois en faveur d'une politique de l'emploi fondée sur la baisse des charges, dans le but de permettre aux entreprises de créer des emplois, François Fillon prépare, pour début 2004, un projet de réforme du fonctionnement du marché du travail afin de le rendre plus flexible. L'objectif est de réduire de cent mille le nombre d'offres d'emploi non satisfaites. Malgré un taux de chômage très élevé, les difficultés de recrutement touchent, en effet, de nombreux secteurs.

Citant les modèles anglais et allemand, François Fillon souhaite "convaincre les chômeurs d'accepter les emplois qu'on leur propose" par l'intermédiaire de mesures d'incitations plus fortes. Cette réforme, après le projet de loi du RMA, constituerait donc la deuxième étape du programme du Gouvernement. Le risque serait alors, faute de pouvoir créer des emplois, d'imposer aux chômeurs et aux allocataires du RMI, des emplois sous-payes, sous-qualifiés et précaires. A terme, on peut craindre une scission du marché du travail encore plus manifeste, entre les salariés précaires et les autres.

La CFTC considère par ailleurs que les actions de formation et d'accompagnement doivent être plus nombreuses dans les CES et CIE.